sept 10

Orchiland

Nouvelle méthode pour tenter de sauver le soldat Lulu. Trouvé ici : http://abcorchidee.forumactif.org/t1287-experience-de-semi-hydroculture?highlight=experience+semi+-hydro

En gros, je vais suivre 1 jour trempage (quelques heures), 1 jour séchage (à ajuster si jamais ce n’est pas entièrement sec). En surveillant la possible pourriture. J’ai commencé par nettoyer autant que possible le trognon, viré 2 des racines aériennes, les plus basses. Et collée dans un verre d’eau pour aujourd’hui. J’en ai profité pour dépoter le Paphiopedilum. Constat, racines aux abonnées absentes ! Donc même traitement, suppression de tout ce qui est naze, y compris le premier set de feuilles (la plante mère quoi) qui ne tenaient plus qu’à un fil. Et collé dans un verre d’eau pour aujourd’hui aussi. Autant celui là, il peut bien passer l’arme à gauche, autant je flippe que ça aggrave les choses pour Lulu ! Mais bon.
_DSC6063 (Copier)

Sinon globalement, les autres vont bien. J’ai coupé les hampes inutiles du gros phal, ainsi que celles des minis. Le dendro Phal et son pote Sharry Baby sont toujours en quarantaine dans la cuisine et y resteront jusqu’à jeudi prochain ! Pas de signes de bestioles ou de maladies pour le moment. Les deux se portent bien (encore heureux), la hampe n°2 du dendro pousse bien, les fleurs de hampe n°1 sont toujours aussi jolies.

Et pour finir sur une note positive : La hampe de Twinkle qui se développe bien plus que la précédente.
_DSC6061 (Copier)


   sept 01

Quelques nouvelles.

Les nouvelles lampes des orchidées portent leurs fruits : tout ce qui est dessous est en pleine croissance. L’oncidium Twinkle prépare une nouvelle hampe (sa deuxième depuis qu’il est arrivé), Lulu s’accroche tant qu’elle peut. Beaucoup d’embryons de racine mais la croissance est vraiment très lente. Le gros phal de la BM n’a pas l’air décidé à réveiller ses bourgeons dormants, je pense couper ses hampes. Quant au Paphiopedilum, il est toujours en quarantaine suite à son infestation de cochenilles farineuses. J’ai vraiment peu d’espoir qu’il s’en sorte.

Les nouvelles :

Deux mini phal trouvés chez Noz (eh oui) il y a quelques temps, à vil prix, je n’ai pas résisté. Elles étaient relativement en bonne forme malgré les conditions de maintenance.
_DSC5848 (Copier) _DSC5846 (Copier)

Les minis fleurs du Twinkle
_DSC5851 (Copier)

Arrivées hier,
Dendrobium Phalaenopsis Thaïlande Black. Surprise, elle est arrivée en fleur, vraiment magnifique. Premier dendro, je n’aime pas le port des dendro habituels, les fleurs sont directement sur la canne. Les dendro phal eux, font une belle hampe au bout de la canne, ça me plait déjà + !
_DSC6015 (Copier)

_DSC6031 (Copier)

Oncidium Sharry Baby, énormissime. Vivement qu’il fleurisse pour que son délicieux parfum embaume mon bureau !
_DSC6018 (Copier)

Quand je dis énorme, c’est énorme. A côté du Twinkle (qui est un petit format) et d’un bidon de 40cm de haut !! Va falloir que je réaménage l’étagère pour pouvoir caser les deux nouvelles. Et déménager mon palmier et mon asparagus. Enfin, pour le moment, 2 semaines de quarantaine dans la cuisine.
_DSC6022 (Copier)


   août 19

S. 33 : Enfin en vacances !

Rien de bien nouveau sur les balcons, ce qui doit pousser, pousse, ce qui doit mourir, meurt.

La nouvelle clématite est bien installée mais ne fleurira pas cette année. La bignone aussi, elle commence à grimper au mur. On s’est amusé à replanter une peau de pomme de terre qui avait germé dans le lombricomposteur, bien installée dans son pot. Le kalanchoé est enfin installé dans un pot + grand, il était + que temps !

(Avant le changement de pot)

_DSC5879 (Copier)

_DSC5881 (Copier)

La pomme de terre !

_DSC5876 (Copier)
_DSC5874 (Copier)

Le figuier qui est encore plus grand aujourd’hui (la photo date de début juin)
_DSC5744 (Copier)

Enregistrer


   juil 06

Chez les orchidées…

D’après le blog, ça ferait 2 ans que je n’ai pas causé d’orchidées ici, c’est fou !

Donc depuis 2 ans, ma collection s’est réduite à peau de chagrin, au final, il ne me restait que Lulu. Voilà. Je suis une tueuse d’orchidées, youpi !

A Noël dernier, on a été en chercher près de Nantes (il y a une serre là bas, le gars ne fait que de l’orchidée !) pour offrir. J’étais bien décidée à ne pas en reprendre pour moi, tueuse d’orchidée que j’étais. Évidemment, une fois sur place, je n’ai pu résister à la tentation et j’ai donc embarqué un oncidium Twinkle tout mignon et un Pinocchio tacheté dont j’ai oublié le petit nom. Quelque temps plus tard, j’ai du récupérer une des orchidées offertes (un phal), sa propriétaire ne se sentant pas de s’en occuper correctement. Et pouf, me voilà donc avec trois nouvelles orchidées. En plus de Lulu. En moins de toutes les autres. Quelque temps encore plus tard, horreur malheur, les racines de Lulu sont toutes nazes ! Si on résume, il lui reste 4 racines aériennes (ouf !). Ma pauvre Lulu, qui va fêter sa 7eme année avec moi. Fidèle à elle même, même en temps de crise, elle fait quoi ? Elle fait des feuilles bien sûr ! Mise en place du plan de sauvetage : Déjà, on la sort du bureau parce que dans le bureau quand il fait très chaud, on ferme les volets, eh oui ! Direction, la cuisine en croisant les doigts pour que les affreux poilus n’y touchent pas. Changement de substrat et mise dans un pot plus large que haut avec un fond de billes d’argile. En l’examinant, je constate qu’un mini bout de racine pointe le bout de son nez ! Quelques jours après, le mini bout de racine a bien pris 1mm et la nouvelle feuille a un peu grandi. Bref, y’a de l’espoir.

Du côté de l’oncidium, on constatera une hampe avec des bourgeons (youpi) et un nouveau pseudo bulbe qui pointe. On remarquera également qu’il abrite des escargots -_- Non, les escargots ne sont pas mignons. Enfin si mais pas dans les orchidées parce qu’ils les mangent les vilains ! Bref, chasse à l’escargot. Et non, je ne les mangerais pas !

Chez Pinocchio, l’état de santé est stable, un nouveau jeu de feuilles qui sort à la base du premier (pas sûr que ça soit bon ça, faut que je me renseigne)

Chez le phal, RAS, je n’ai pas encore réussi à le tuer. Curieusement, après avoir défleuri, il a gardé ses hampes vertes. Je les ai raccourci un peu pour des raisons pratiques. On verra si il arrive à refaire des bourgeons ou pas.

Étant donné que ça fait quelques semaines que nous vivons dans le noir (fortement déprimant pour tout le monde) à cause des épisodes caniculaires, j’ai décidé d’investir dans une grosse ampoule horticole pour remplacer le panneau à leds. J’ai aussi pris une ampoule à led de croissance pour compléter. C’est probablement inutile (la grosse ampoule aurait suffit) mais bon, j’avais envie, je suis faible, poussée par les sirènes du consumérisme. En gros, elles passent de 14w de lumière à 50. Bon évidemment, ce qui compte, ce sont les lux. Mais quand même, de 14 à 50w, c’est impressionnant. Bonus : Ça éclaire le bureau ! Évidemment, vu l’investissement (environ un rein) il va falloir que je repeuple un peu ma collection. Pas le choix, on est d’accord ? Ça serait dommage de laisser tous ces lux bien dodus se perdre dans la nature.

_DSC5821bid (Copier) _DSC5825bis (Copier) _DSC5818bis (Copier) _DSC5819bis (Copier) _DSC5773 (Copier)


   mai 20

S. 20 : La canicule arrive…

En rentrant de vacances, les bourgeons de clématite tous bien ouverts, des fleurs énormes ! Nouvelle clématite a l’air lente à s’installer, elle pousse doucement. Pas de signe de bourgeons pour le moment. Pareil pour la bignone, ça pousse lentement. Pas de signe de bourgeons sur le rosier Aspirin non plus. De nouvelles oreilles sur le figuier de Barbarie, le temps des jours à venir devrait beaucoup lui plaire ! La passiflore qui avait l’air de repartir mais n’a pas supporté le coup de chaud du début de semaine :/ Le cœur de marie souffre de sa position sur le balcon, trop ensoleillé, je ne sais pas où la mettre ! Les ancolies n’en finissent pas de fleurir !

Enregistrer


   avr 16

S.15

Déjà mi avril, le temps passe.. Les balcons se sont réveillés, enfin. Et avec le réveil des balcons vient mon réveil. Le ménage de printemps a été fait, de nouvelles plantations sont venues s’ajouter à ma petite jungle..

Inventaire :
J’ai eu quelques tulipes et quelques narcisses. Mes iris me refont le même coup que l’année dernière : De belles feuilles bien dodues mais pas de fleurs. Le muguet, très en avance, est déjà en fleur ! Le cerisier du Japon nous a fait le plaisir de ses fleurs délicatement roses. Les gueules de loup ont refleuris, du jaune fluo en fin d’hiver, ça égaye bien ! Les fuchsias repartent tout doucement, tout comme le bougainvillier. La passiflore n’a pas dit son dernier mot non plus et elle a un copain maintenant, un géranium, je crois, sorti pifpaf de nulle part. Les ancolies sont en fleur, magnifique ! Contre toute attente, le cœur de Marie est reparti et fleuri. Une clématite a rendu l’âme alors que sa copine est en plein bourgeonnement. Aspirin repart doucement, Fraise des Bois n’a toujours pas ressuscité :(. Le jasmin est toujours agrippé à sa colonne d’eau et abrite toujours son hellébore et quelques chlorophytum. Le cactus de Noël a passé l’hiver à l’intérieur (je ne l’ai pas oublié cette fois !) et a fleuri à n’en plus finir. J’attends de voir avec grande impatience si les Lys vont se faire dévorer cette année. L’acanthe s’est curieusement bien amusée au début de l’hiver, pis après, elle a eu un coup de froid. Bon, elle a quand même résisté ! Il reste un calibrachoa de l’année dernière aussi, il nous prépare des bourgeons. Les bambous, le nain et le sacré, se portent bien. Le sacré est en période de croissance, il pousse limite à vue d’œil !

Dans la serre, il reste une plante grasse, les aloe vera, le figuier de Barbarie et la citronnelle des affreux poilus. Ah, et le kalanchoé. Vivement que les températures montent un peu.

Nouveautés :
J’ai suspendu un muehlenbeckia, je ne connaissais pas, c’est joli, ça rampe, ça grimpe, ça n’a pas l’air compliqué comme plante. Je voulais vraiment qu’il soit en hauteur, sur la rambarde et qu’il pendouille des deux côtés. J’ai été obligé de couper la motte en deux !! Espérons que les deux moitiés s’installent bien. J’ai repris un bambou que j’ai installé dans le pot du grand cerisier mort depuis belle lurette, ça fera à brouter pour les chats. Cette fois, ce n’est pas un nain, il est censé pouvoir monter jusqu’à 2.50m !

Quoi d’autres ? Une clématite montana je ne sais plus quoi qui est censée être parfumée, une bignone ‘Mme Galen’, je ne connaissais pas, ça grimpe, c’est vert, ça fait des fleurs rouge ! Des mini plantes qui m’ont fait de l’œil à la caisse : Areca Lutescens (palmier), Asparagus setaceus plumosus et un lierre. Je vais voir ce que j’en fais. Niveau jardinières et fleurs, cette année, j’ai mis des chrysanthèmes blanc et des cosmos bipinnatus rose et un cuphea, allez comprendre. Il faut que je sème quelques soucis et œillets d’Inde pour combler les trous.

En fin d’année dernière, on a été chercher des orchidées près de Nantes (il y a une serre là bas, le gars ne fait QUE des orchidées !!) à offrir pour Noël. Je n’ai évidemment pas résisté à la tentation d’en prendre pour moi. Deux petites. Et au passage, j’ai hérité de celle qu’on a offert à ma belle-mère. Elle n’arrivait pas à lui trouver une place définitive et bien exposé dans son petit appartement. Lulu, la première des orchidées, 7 ans en octobre !!, a perdu toutes ses racines souterraines. Heureusement, il reste les racines aériennes. A priori, elle repart un peu vu qu’elle nous gratifie de sa spécialité : Une nouvelle feuille ! A moins que ça ne soit le chant du cygne ? J’ai profité de la réfection du bureau pour les rapprocher de la fenêtre. Et maintenant que tout est peint en blanc, la pièce est beaucoup plus lumineuse, espérons que ce soit bénéfique.

Côté comestible, cette année pas de tomates. J’ai repris quelques fraisiers histoire de compléter les jardinières et, même si j’avais dit que j’arrêtais, un plant de thym. Je n’y peux rien, j’adore ça ! La menthe va se retrouver seule dans une jardinière, je veux qu’elle prenne ses aises ! Et il me faut du persil. Persil et menthe, pour les taboulés de l’été ! Ciboulette pour les tomates, thym et romarin pour les grillades. Citronnelle pour les chats.


   oct 23

Travaux manuels..

J’ai eu l’occasion de récupérer une petite travailleuse, elle doit bien avoir.. Je ne sais pas, 60 ans ? 70 ans ? Bref, elle appartenait à une grand-mère..

Évidemment, il a fallu opérer quelques modifications pour la mettre à mon goût.

Avant :

Dans son jus..
_dsc4733-copier

_dsc4737-copier

Fiente d’oiseau, tâche d’eau, poussière..
_dsc4734-copier

Démontée, nettoyée, poncée, dépoussiérée.
_dsc4774-copier

Après :

5 couches de vernis aquaréthane « rouge de Chine » et suppression des pieds, certes jolis mais encombrants et inutiles à mon goût.
_dsc4782-copier

J’ai tapissé le fond des boites et ajouté des compartiments dans l’une d’entre elle.
_dsc4783-copier

Boutons collés en guise de déco.
_dsc4781-copier

Après remplissage !
_dsc4787-copier


   sept 18

S.37 : Figuier de Barbarie

Évolution du figuier de Barbarie :
24 août
_DSC4663 (Copier)

27 août
_DSC4686 (Copier)

31 août
_dsc4718-copier

8 septembre
_dsc4722-copier

18 septembre
_dsc4730-copier

Avec les températures qui sont fortement tombées, la croissance devrait se ralentir..

Sinon, le cerisier qui avait perdu ses feuilles suite au gros coup de chaud en a refait de nouvelles.. Et a même fait une fleur.. Les plants de thym et de sarriette sont dead (je crois que je vais définitivement renoncer au thym !).


   août 27

S.34 : Chaleeeeeur !

Au balcon, il se passe des trucs aussi, des plantes brûlent, d’autres sont contentes.. On mange les fraises et les tomates.. Les plants de sarriette et de thym n’ont pas résisté.

Raquette de figuier de Barbarie le 24/08

_DSC4663 (Copier)

Raquette de figuier de Barbarie 3 jours après
_DSC4686 (Copier)

Au moins une plante qui apprécie les fortes chaleurs de ces derniers jours ! J’ai mis les aloe et le kalanchoé dehors pour qu’ils en profitent eux aussi !


   août 27

Shibori !

Un autre truc que j’avais envie de tester depuis Mathusalem (environ) et pour lequel j’avais depuis au moins un an tout le matériel nécessaire : Le shibori. Vu le nom, on se doute que c’est un truc japonais. Une technique de teinture traditionnelle à l’indigo. Chez nous, on appelle ça le « tye and dye ». En gros, on plie/plisse/ligature, on teint et pifpafpouf, ça fait des jolis trucs ! En théorie.

Bref, déjà faut préparer la teinture. Comme je suis folle, je la fais avec de l’indigo, du vrai. Il faut le pré-enduire pour qu’il accepte de se dissoudre dans l’eau. Donc allons y pour des mélanges avec de l’alcool, puis avec une solution à base d’hydrosulfite et de carbonate de potasse (faut il préciser qu’on est censé porter des gants, un masque et des lunettes à cette étape ? On laisse reposer une trentaine de minutes puis on ajoute le mélange à une grande quantité d’eau chaude, on laisse reposer un peu en ajoutant un peu d’hydrosulfite (pour chasser l’oxygène). On se retrouve avec une soupe jaunâtre et surtout puante !

Pendant ce temps là, on aura longuement réfléchi aux motifs qu’on souhaite obtenir. Au bout d’un moment, on en arrivera à la conclusion que « j’vais l’faire à l’arrache, on verra bien ce que ça donne ». Faut dire que pour une première fois, je suis partie sur une grosse pièce : Une housse de couette. Et sur des morceaux plus raisonnables : 2 taies d’oreiller et 3 tuniques. Au final, les housses auront les coins noués, bêtement, une des tuniques aussi. La housse de couette aura été pliée en accordéon puis ligaturée. Une des tuniques aura été saucissonnée sur un tube et la dernière ne subira aucun outrage en dehors de la teinture !

Une fois qu’on a fini cette étape, il faut mouiller tout ce petit monde à l’eau chaude. On essore et on y va pour la teinture ! On enfile ses gants (de bonne qualité histoire de ne pas se retrouver avec les doigts bleus !) et on trempe chaque élément entre 5 et 10 min, une ou plusieurs fois, en fonction de l’intensité de couleur souhaitée. J’avoue que pour le moment, tout est de la même couleur pour moi, certaines pièces ont pourtant eu 2 bains, d’autres ont trempé à peine 3min. A la sortie du bain, le linge est jaune ! Une fois à l’air libre, magiiiiiiie, la couleur s’oxyde et vire au bleu ! Il faut penser à retourner les paquets pour que toutes les faces puissent s’oxyder correctement. Il est recommandé de laisser le tout tranquille plusieurs heures. Ensuite, on rince à l’eau claire puis à l’eau vinaigrée puis on a le droit de déplier ! Et on admire son œuvre !

Une fois sec, les couleurs se sont un peu délavées (contrairement à ce que tentent de faire croire les photos) ça tire sur le bleu jean.

Plutôt contente du résultat !