Mongolie 2016

10 jours et 1400km en Mongolie..

carte

Une fois n’est pas coutume, nous partirons en groupe organisé. La Mongolie est difficile à faire « seul », pas vraiment de route ou même d’indication, de très longues distances, peu de documentations. Bref, pour une première fois là bas, j’ai préféré jouer la sécurité. Le voyage en groupe, c’est une première (et une dernière !!) pour moi. Heureusement, petit groupe : 5 personnes (2 sœurs et 1 femme) + la guide et le chauffeur. Tout est compris dans le package : l’hôtel à UB, les repas, les transports et même les sacs de couchage ! Avantage, y’a qu’à se laisser porter, c’est reposant pour une fois de n’avoir absolument rien à gérer.

Jour 1 : Nous quittons donc Pékin pour Oulan Bator, capitale de la Mongolie. Ville en construction, ville jeune, ville sale, polluée, ville qui mêle yourte, maison et immeuble.. A l’aéroport, la guide nous attend avec son petit panneau. On attend 2 autres touristes, on en récupère une 3eme à son hôtel et on enquille directement sur une petite visite du musée du coin et la place Gengis Khan où les étudiants fêtent la fin de leurs études. Petit cours d’histoire de la part de la guide, elle est incollable sur tout ! Le soir, on ira voir un spectacle de danses folkloriques et de chant diphonique (performance impressionnante !).

Photo/vidéo de monsieur :

Jour 2 : Le matin, on visite le monastère de Gandantegchinlen où l’on assistera à la prière du matin (forcément) Moment un peu gênant pour moi, le monastère est petit et il y a des gens qui veulent prier pour de vrai, je me sens déplacée. Je préfère sortir et observer de loin. Ensuite, on part enfin à l’aventure ! On embarque dans un magnifique mini-bus russe qui deviendra notre seconde maison pour les quelques jours à venir. Le truc intuable qui passe partout. Direction le parc national de Khustai pour voir les Takhi (https://fr.wikipedia.org/wiki/Cheval_de_Przewalski). Finalement, on ira directement chez nos hôtes, une famille d’éleveurs. Les dadas seront pour demain. C’est assez curieux de débarquer chez quelqu’un comme ça (pour nous) mais les mongoles sont réputés pour leur hospitalité (et à aucun moment du séjour ils ne feront mentir cette réputation) : Il y a toujours de quoi accueillir quelqu’un, souvent une yourte réservée aux invités. Au pire, ils dormiront directement dans la yourte principale. Toujours un thé au lait salé et une place au coin du feu. Vu qu’il n’y a pas du tout de bois dans le coin, ils se chauffent à la bouse de vache séchée. Je n’aurai pas cru mais ça ne sent absolument rien (que ce soit quand ça brûle ou quand ça sèche) et ça chauffe très bien. On assistera à la traite des vaches, au rentrage de troupeaux (chèvres, moutons), on ira se balader dans le coin. Les toilettes étant en plein air, c’est assez marrant de faire pipi les yeux dans les yeux d’une chèvre.

Jour 3 :  Réveil en douceur, notre hôte vient rallumer notre feu (éteint pendant la nuit évidemment !) On reprend la route, direction les chevaux sauvages !

Puis Karakorum, l’ancienne capitale, visite du musée local (on s’en serait passé mais bon, ça reste intéressant) puis direction le camp de yourtes. Un camp pour touristes avec des toilettes « western style » comme on dit en Asie et des douches. A ce moment là, on n’avait pas encore bien compris que ça serait la dernière douche avant le retour à UB !

Jour 4 : Visite du monastère d’Erdene Zuu, magnifique.. Malheureusement, pas le droit de faire de photos de l’intérieur des temples, pourtant ça mériterait ! C’est sublime (moi qui suis lassée des temples.. ), coloré, chatoyant, un très beau site à visiter !

Vidéo de monsieur :

Direction la vallée d’Orkhon. En chemin, on doit aller voir le monastère de Tovkhon (dont une section est interdite aux femmes !!) Une balade de quelques kilomètres tout en montée que je ne ferais pas en entier (trop rude pour moi !) Monsieur a été au bout et a fait quelques photos, je ne regrette pas ! Après des heures et des heures à rouler sur un champ de lave (lave noire sur fond verdoyant, magnifique mais rappelons qu’il n’y a pas de route.. Le chauffeur est d’ailleurs surprenant : Pas de GPS, pas de carte, pas de route mais il sait exactement où aller), on arrive enfin chez notre nouvel hôte, une famille d’éleveurs, notamment de chevaux (pratique vu qu’une balade à cheval est prévue). Les chevaux sont semi sauvages.. En gros, ils sont attrapés et montés quelques jours ou quelques heures puis libérés et ainsi de suite. La plupart du temps, ils vivent leur vie de dada tranquillement sans se soucier des humains ! On aura droit à un moment d’anthologie : Un matin, monsieur va aux toilettes dans les rochers, rouleau de papier toilette à la main.. Les chevaux le voient et se mettent à le suivre soigneusement (nous sommes mortes de rire, monsieur un peu moins) Ils le suivent vraiment partout ! Explication, ils ont pris le rouleau de papier toilette pour un bloc de sel !!

Photo de monsieur :

Jour 5 : Chutes de l’Orkhon, je zappe la randonnée à cheval et rejoindrais les autres pour le déjeuner grâce au mini-bus ! Monsieur est cloué au lit, les variations de température (très chaud dans la yourte/le camion, très froid dehors) mettent à mal son intérieur. Heureusement qu’on reste deux nuits ! En attendant, j’observe la préparation des chevaux et l’attribution des montures. Vu que c’est le début de la saison pour eux aussi, ils ne se laissent pas vraiment faire (sauf quand c’est l’éleveur qui s’en occupe, ils connaissent leur maitre !) Toujours pas de quoi se laver entièrement mais on nous donne un peu d’eau que nous mettrons à chauffer sur le poêle pour faire une toilette sommaire (et vivent les lingettes, bien pratiques !)

Jour 6 : Surprise en ouvrant la yourte : Il a neigé pendant la nuit et il neige toujours !! On voit les yacks défiler devant nous (ce sont eux qui grognaient (un peu comme le groingroin d’un cochon) autour de la yourte hier !) Comme d’hab’, on est foufou quand on voit de la neige, le décor en est recouvert ! Et après le pipi les yeux dans les yeux d’une chèvre, le pipi dans la neige. Un peu frisquet quand même.

Aujourd’hui, on est censé aller au parc national de Naiman Nuur puis au lac Shireet, opération compromise à cause de la neige (on doit monter à + de 2200m sans route :D) Après de longues discussions avec la guide et le chauffeur, une alternative est trouvée : Nous irons au  lac Tsaagan Nuur dit « lac blanc » dans un autre parc national, 100km de plus mais la route est plus « sûre », majoritairement du goudron et un peu de piste. Il faut savoir que 100km ne se font pas en 1h en Mongolie.. De Karakorum au pied du monastère de Tovkhon par exemple , il y a un peu moins de 100km, il nous a fallu 3h pour les faire. Là, basiquement, nous passerons 6h à rouler. La fin du trajet est interminable mais quand on arrive au lac.. Tout est oublié ! On arrive dans un camp de yourtes, vue sur le lac, accueillis par une soupe aux raviolis absolument délicieuse en plus d’être plus que bienvenue vu les températures !

Jour 7 : Le matin, petite balade à cheval pour ceux qui veulent puis un peu de grimpette pour atteindre un cratère. Après-midi libre que nous passerons à nous balader autour du lac (il fait quelques dizaines de kilomètres de long, difficile d’en faire le tour !), monsieur se sentant mieux. Les photos se passeront de commentaires, je crois que c’est ce qui m’a le plus marqué durant ce voyage. Le cadre est sublime, le lac gelé, les herbes vertes et la lave noire.. En fond de toile, les montagnes et le ciel bleu. Ce qui est assez fantastique en Mongolie aussi, c’est qu’il n’y a pas un bruit. Absolument aucun bruit en dehors de ceux des animaux et des quelques rares véhicules qu’on croise parfois. C’est tellement reposant. Pas de pollution lumineuse non plus, on voit des centaines d’étoiles dès que la nuit commence à tomber (savez, quand le ciel est encore un peu bleu). A Karakorum, on a d’ailleurs fait une petite session pour les observer.

Jour 8 : Direction la zone désertique de Khogno Khan aka « mini gobi » (la guide nous expliquera que le reste du monde ne connait que le célèbre désert de Gobi alors qu’en fait, ils ont plusieurs « gobi », plusieurs zones désertiques.) Ce soir on dort dans des tipis. Ouioui, des tipis. Pourquoi ? Pour faire original et changer des yourtes. Se profile l’espoir d’une petite douche.. Pas de bol, le camp vient tout juste d’ouvrir pour la saison, y’a pas encore d’eau chaude. Pas grave, au point où en on est.. Vu la température et le vent, personne n’était bien motivé de toute façon. Par contre, dans les tipis, on ne peut pas faire de feu. Ahah. C’pas comme si il faisait moins quelque chose ! Les autres iront voir un petit temple en ruine non loin de là, nous, nous resterons au camp, monsieur étant de nouveau malade (ce qui inquiétera beaucoup notre hôte d’ailleurs et qui lui prêtera son manteau traditionnel pour la nuit, beau geste encore une fois) Bref, on se pose au chau.. Ah non pas, au chaud ! On se pose au frais dans notre tipi !

Jour 9 : Avant de retourner à UB, on va (ils vont) faire  un tour de chameau puis nous irons sur la dune d’Elsen tasarkhai. Les chameaux sont impressionnants, c’est la première fois que j’en vois. Ils sont majestueux et tout simplement beaux. Direction la dune, la Mongolie arrive encore à me surprendre avec un nouveau paysage, on se croirait dans le Sahara (où je n’ai jamais mis les pieds) et comme d’habitude, le paysage est à couper le souffle !

Jour 10 : Retour à UB, DOUCHE, dodo et puis départ pour Pékin !

Conclusion : La Mongolie est vraiment surprenante.. Les gens sont très accueillants, hospitaliers, simples et pas (encore) pourris par le tourisme. Ils donnent, chaleureusement, sans rien attendre en retour si ce n’est un peu de respect. On sent que le pays est jeune, en construction, qu’ils veulent s’ouvrir au monde.. La Mongolie est magnifique, la variété de paysages qu’on peut y voir est sans fin.. Ça a été un voyage éprouvant mais magnifique.. Pas d’eau courante, pas d’électricité, des trous ou des rochers en guise de toilettes, pas de route.. Je crois que nous n’étions tout simplement pas assez préparés à tout ça mais quand même, ça valait le coup !

Quelques pano :

2 comments

  1. Pingback: Chine 2016 |

  2. Pingback: Test |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *