Ecosse 2014

(cliquez sur le format de la photo (ex : 1600 × 1067) au dessus de la photo pour la voir en grand)

15 jours en Écosse..

Itinéraire : 3 jours à Edinburgh, 5 jours à Kinlochleven, 5 jours sur l’île de Mull et 1/2 journée sur Glasgow

Edinburgh, 15 juillet : Comme d’hab’, on part à l’aube pour prendre le train puis l’avion puis un bus puis encore un train puisque nous arrivons à Glasgow pour des raisons économiques mais que la visite commence en réalité à Edinburgh ! Déjà, en Écosse ils sont sympa, quand tu prends le train, on te file d’office un billet de retour (bon pour le jour même mais quand même !) On arrive dans l’après-midi, le temps de faire le check-in à l’AJ, judicieusement située en plein centre de la ville, proche des gares, c’est parfait ! On découvre un studio hyper bien équipé (y’a même un lave-vaisselle !) et surtout équipé d’un mini lit (j’avais oublié ce paramètre, les écossais/anglais dorment dans des petits lits !) et d’un magnifique fauteuil Ikea que je vais m’empresser d’acheter pour mon usage personnel. Edinburgh est charmante comme ville, de la vieille pierre, de la verdure, tout est faisable à pieds pour qui aime monter et descendre.. Vu la période, il y a beaucoup de touristes mais ce n’est pas étouffant comme ça a pu l’être à Rome et à Prague.

Deuxième jour, étant donné que le studio est idéalement situé à très exactement 400m du cimetière Greyfriars, celui où Bobby et son maitre sont enterrés et où traine le fantôme de Mackenzie (que nous n’avons pas croisé) ma foi, on commencera donc la journée par une visite du cimetière ! On apprendra au passage que des Covenantaires y ont été emprisonnés (et plus), cette partie du cimetière n’est pas accessible pour d’obscures raisons (je crois qu’il faut un guide). Ensuite, on se dirige vers le quartier des meuniers, en quête de moulins que nous n’avons point trouvé. La balade est sympathique malgré tout, le coin est très calme et magnifique.

Le troisième jour, on décide d’aller voir le Arthur’s Seat qui est, comme son nom l’indique, un volcan inactif depuis belle lurette ! On fait grimpette, pour une personne normalement constituée, ça se fait tranquillement. Pour des personnes un peu moins normalement constituées, il faudra prévoir quelques haltes pour reprendre son souffle et profiter du paysage. Arrivé en haut, on profite d’une belle vue sur Edinburgh d’un côté et sur le flanc de la colline de l’autre. L’après-midi, on se fend d’une visite guidée dans le Edinburgh sous-terrain, une vraie ville sous terre, sur plusieurs niveaux, qui date du XVIIème siècle. Vu que la ville ne pouvait pas s’étendre sur le sol (cause des fortifications), fallait bien se loger ! Les riches sur terre, les pauvres sous terre !

Quatrième jour, départ pour Kinlochleven, 4h de car pour arriver à Glencoe puis 15 min de bus pour arriver à Kinlochleven.. On quitte la ville et on s’enfonce dans les Highlands, les paysages sont changeant, montagne, loch, vallée.. On en prend plein les yeux. On arrive dans le village.. Une supérette, 2 pubs, 1 bureau de poste et.. Bah c’est tout ! Arrivé au B&B, au calme, proche de tout (pas bien compliqué vu la taille du village), super accueil par un irlandais (zavez déjà entendu un irlandais parler avec un accent écossais ? Ben ça rend la compréhension encore plus compliquée !) qui nous servira des petits déjeuners bien nourrissants ! Ah sinon, y’a des montagnes et aussi des montagnes et un peu d’eau. Ce qui n’est pas mal dans ce coin, c’est que presque tout est aménagé, balisé. Faut dire que le village vit maintenant du tourisme. On commencera doucement par faire le tour du village et les petites balades dans le coin.. Le lendemain, jour de pluie (qui mouille pour de vrai), on restera au B&B à se reposer, glander, bouquiner, regarder des séries.. Bien nous en a pris puisque le matin suivant, on décide de partir voir les Grey Falls qui sont à deux pas.. Ensuite nous suivons nos pieds qui ont décidé de s’enfoncer un peu plus dans la forêt.. S’en suit une longue ascension.. Très looooongue et très éprouvante pour ma faible personne (mais je l’ai fait !) pour arriver en haut d’un des monts Mamore. On ne le saura qu’après mais nous étions à 2 pas du Mamore Lodge. En tout cas, la vue une fois en haut vaut le coup ! On redescend tranquillement puis on enchaine de l’autre côté, destination le Pow Camp, un ancien camp militaire datant de la Première Guerre Mondiale. Ça grimpouille bien aussi mais avec l’échauffement précédent, ça passe sans difficulté majeure. On rentrera avant d’atteindre le camp (pensant que nous n’étions pas partis dans la bonne direction alors qu’on était prooooooooooooche !) Le lendemain, c’est détente, on se prévoit un pique-nique, on se balade un peu dans la pampa et on finit pas se poser au bord de l’eau pour bouquiner et faire bronzette.

Kinlochleven est un véritable havre de paix, on prend le temps de prendre le temps justement. C’est vraiment reposant tant physiquement que mentalement.

Mercredi 23, départ pour l’île de Mull, notre dernière étape. On prend le bus jusqu’à Oban puis le ferry (là, pareil, on nous file d’office un billet de retour valable 9 jours !! C’est parfait, ça réduit notre budget ferry de moitié !!) pour arriver à Craignure, sur l’île. On investie notre tente, puisque nous sommes au camping ! Grande première pour moi ! Je ne sais pas si c’est courant mais ce camping propose des tentes « en dur ». En gros, déjà montée, avec des lits et un petit réchaud à gaz. Pratique, on peut venir les mains dans les poches puisque même les draps, couvertures et nécessaire de cuisine sont fournis ! J’avoue avoir tiré une tronche pas possible en arrivant mais bon. La vue était.. Pff à couper le souffle. Face à la mer.

Jeudi, c’est le grand jour, on va à Tobermory pour assister aux Highlands Games !! Mon rêve ! Bus à 8h et des bananes pour une heure de trajet puis encore un peu de grimpette pour arriver au golf de la ville, où les jeux se feront. La journée promet d’être chaude, très chaude et il y a très peu d’ombre sur le site. Heureusement, on a prévu crème solaire, chapeaux et parapluie en guise d’ombrelle. L’ouverture se fait par le pipe band d’Oban, puis les concours de danse, l’athlétisme et les épreuves de force s’enchainent. Dans le fond, on entend les joueurs de cornemuse qui passent individuellement devant un jury. Vers la fin, le public sera invité à participer lui aussi à des courses ! A gagner : une bouteille de whisky, de quoi motiver les troupes !

Vendredi, direction Iona, une petite île au large de Fionhport qui se trouve de l’autre côté de l’île de Mull. Après une heure et quelques de bus, on arrive à Fionhport, première chose qu’on voit en descendant du bus : Une plage. Sable blanc, mer turquoise, c’est magnifique ! 15 petites minutes de ferry pour aller sur Iona et pareil, petite plage de sable blanc, eau transparente.. Vu la chaleur, on se croirait limite dans les Caraïbes ! Iona est vraiment à voir au moins pour quelques heures. L’atmosphère, l’ambiance sont très reposantes, c’est agréable. On commence par aller faire le tour des ruines du couvent puis on poursuit jusqu’à l’abbaye (qui est toujours en activité à priori) On continue ensuite jusqu’au bout de l’île.. Puis retour au ferry puisque le dernier bus pour rentrer à Craignure part vers 15h et quelques ! On patientera sur la plage à Fionhport (ça aide bien à patienter une plage pareil !) en contemplant les moutons (qui profitent de l’ombre des bus, les fourbes !) et les petits poissons dans l’eau. Le trempouillage des orteils est toujours agréable après quelques heures de marche.

Samedi, départ à l’aube pour Tobermory de nouveau, on a réservé un « tour » de quelques heures en mer pour aller voir des îles et des choses dans la mer (on nous dit baleines, dauphins, phoques) Ça sera notre 2e jour de pluie, il pleuvra quasiment tout le long ! Une heure de bateau et on arrive à Lunga, l’île des macareux. Le débarquement est sportif, le bateau s’amarre à une espèce de barge flottante puis se reproche du rivage recouvert d’énormes pierres bien glissantes.. J’ai dit que je détestais glisser ? Mais bon, on y arrive ! On grimpe vers les hauteurs de l’île pour voir les macareux de près, vraiment très près parce que, pour les plus courageux, on peut s’en approcher à un mètre. Les macareux ne font pas de nids. Ils font des terriers. Et oui. Ils sont atrocement mignons avec leurs yeux à la fois triste et curieux ! Le déluge arrive donc le bateau revient nous chercher.. Direction Staffa ! Au passage nous verrons quelques phoques échoués sur un caillou. Staffa est impressionnante.. C’est une île volcanique (y’a même des gens qui sont venus vivre dessus, les fous !) à base d’orgues basaltiques, c’est tout simplement fascinant de voir ces formations géologiques ! Il y a un escalier qui permet de monter « au sommet » et un chemin soigneusement aménagé (les blocs de basaltes sont recouverts d’un espèce de goudron pour éviter qu’on glisse et il y a un fil d’Ariane tout le long de la paroi jusqu’à ce qu’on arrive à une des grottes de l’île. Vu le temps pluvieux, c’est plus qu’appréciable de trouver ce genre d’aménagement ! La grotte est à l’image de l’île entière.. A couper le souffle ! L’eau turquoise, les orgues qui plongent ou émergent de la mer.. Sur l’eau, on verra un canoë de chanceux qui se dirige vers le fond de la grotte (pas accessible à pied). Le retour se fait sous la pluie, comme il se doit. On attendra le bus en autour d’un chocolat chaud !

Dimanche, c’est repos, il pleut de toute façon le matin et puis l’après-midi.. Bah, repos aussi tiens !

Lundi, retour à Oban pour attraper un bus qui nous amènera jusqu’à Glasgow. On tombe en plein milieu des jeux du Commonwealth, la ville est en fête et pleine de monde mais la fatigue aidant, nous ne profiterons pas vraiment de ces quelques heures à Glasgow. Départ prévu tôt, très tôt le lendemain et fin du voyage !

Quelques panoramiques

Conclusion : L’Écosse, c’est très chouette pour qui veut du paysage sauvage et des balades à gogo. On a beau faire du tourisme, on n’a pas l’impression d’être des vaches à lait, la plupart du temps, les gens sont simplement invités à faire des dons pour participer à l’entretien des monuments. Les écossais sont globalement très accueillants et chaleureux, toujours prêt à donner un renseignement, à aider ou simplement discuter. Par contre, c’est aussi le pays de la midge (on a compté 166 piqures rien que sur ma personne !) donc bien prévoir de l’insecticide ultra puissant qui peut même faire fondre le plastique et bien s’en mettre rigoureusement tous les jours sans faire la feignasse comme j’ai eu le malheur de le faire. Prévoir aussi une crème apaisante et une crème solaire peut aussi être une bonne idée. En fait, en Écosse, faut être préparé pour tout ! Le soleil, la pluie, les insectes ! En tout cas, ça vaut le déplacement ! Et ça vaut la peine de prendre le temps de s’arrêter quelques jours plutôt que d’enchainer les étapes.

One comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *